Studio Caricole


Brief Anne-Marie Lettre
27/01/2012, 5:47 pm
Gearchiveerd onder: Getuigenissen / Témoignages, Nieuws / Nouveautés | Tags: , , ,

« Les propriétaires n’aiment pas les locataires qui dépendent du CPAS. Alors on perd beaucoup de temps : la plupart refusent, mais ceux qui acceptent quand-même de vous donner une chance, te laissent attendre. Parce qu’il y aura peut-être encore un meilleur candidat – avec un meilleur revenu, qui se présentera.
Et on attend parce qu’on n’a pas le choix. Cela donne dus stress supplémentaire, sans un vrai résultat.
Ainsi, à la fin, après autant d’échecs, on tombe facilement dans les mains des vrais escrocs : ces gens qui veulent bien louer à n’importe qui. Et nous, qui perdent l’espoir de trouver quelque chose de décent, on se laisse embobiner par ces gens. J’ai pourtant bien l’expérience de ce type d’appartement. A la fin, en a tendance à prendre n’importe quoi, et la misère, qui nous a poussés dans la rue, risque de se répéter. On ne peut pas se permettre de contrôler si tout est en ordre et selon les règles, on doit se contenter de ce que l’on peut trouver.

C’est entre autre le cas avec mon dernier propriétaire. Je vivais au grenier, au dessus d’un café, beaucoup de bruit et des odeurs ; c’était humide; peu d’aération; le gaz ne fonctionnait pas; l’escalier était en très mauvais état. En novembre, je n’avais plus de chauffage, et pourtant il fallait payer 470 € ! Et le propriétaire augmentait encore régulièrement. Il avait la clef, et parfois, il rentrait en mon absence dans mon appartement.
A la fin, j’avais un sérieux conflit avec lui, et alors il s’est avéré qu’il avait même rempli le bail sous un faux nom.
Après que j’ai quitté ce taudis, pendant quelques mois encore, j’ai pu rester chez des amis. Mais cela est toujours provisoire, alors je suis arrivé dans une maison d’accueil.

Alors je veux bien faire plus attention pour ne plus tomber dans cette misère, mais vu le manque d’habitations abordables, j’ai peur de me retrouver dans la même misère. »



Asst soc doit être très créatif pour contacter le cpas
14/04/2011, 12:33 pm
Gearchiveerd onder: Getuigenissen / Témoignages, Nieuws / Nouveautés | Tags: ,

Cher Maître,

Je reviens vers vous concernant Monsieur. Comme vous le savez, en raison du fait qu’il avait trouvé à se reloger dans la commune de Schaerbeek, Monsieur B a quitté la Rue des escargots début février 2011.

En février 2011, il a encore bénéficié de l’aide du Cpas de Molenbeek. Avant même son emménagement, son nouveau propriétaire me contactait en vue de me demander de faire le nécessaire pour que le loyer soit payé directement par le Cpas. Monsieur s’est présenté pour la première fois au CPAS de Schaerbeek en date du 11/02/2011, à ce moment là, il a obtenu un rendez-vous pour le 9 mars 2011 (preuve à l’appui). En date du 9 mars il a été reçu par Madame U. (assistante sociale remplaçante de Madame M. qui doit être la titulaire du dossier). Entre-temps, le propriétaire m’a recontactée à différentes reprises, insistant sur le fait que le loyer de mars n’était toujours pas payé. Le Cpas de Schaerbeek fonctionne avec un « call-center » surchargé et il faut s’armer de patience pour les avoir en ligne. En date du 10/03/2011, j’ai eu un contact avec une personne de première ligne mais impossible d’avoir un contact direct avec l’assistante sociale responsable du dossier. J’ai laissé un message en demandant que la responsable du dossier me recontacte d’urgence. Personne ne m’a jamais rappelée. Par ailleurs, Je communiquais le nom des  deux assistantes sociales responsables du dossier au propriétaire de Monsieur.

Monsieur, s’est représenté chez moi ce lundi 4 avril 2011, il n’a aucune nouvelle du Cpas même pas un courrier. J’ai repris contact avec le propriétaire qui prétend avoir eu un contact direct avec Madame U. Au cours de cet entretien,  elle, lui aurait prétendu que son loyer de mars serait versé le 31 mars. Nous sommes le 6 avril et toujours aucune nouvelle du Cpas. Aujourd’hui, je me suis armée de patience pour téléphoner à nouveau au Cpas et avoir l’assistante sociale responsable. Je n’ai réussi qu’à parler à une personne du call center qui a déjà pu me donner le numéro de  dossier de Monsieur, il est probable que le dossier passera au Comité de l’aide sociale le 11/04/2011, mais on ne peut me donner aucune garantie à ce sujet ! J’ai insisté pour parler à un ou une chef, cela était impossible. J’ai laissé mes coordonnées pour que Madame V, chef de service me rappelle cet après-midi. Sans nouvelle, j’ai rappelé cet après-midi, impossible de parler à un assistant social. Le call center a transmis ma demande et je devrais avoir une réponse dans les 3 jours.

Les délais de réponse du Cpas étant totalement dépassés et le propriétaire étant totalement dans son droit de réclamer ses loyers, je me permets de vous demandez si une intervention de votre part est envisageable auprès du Cpas pour leur rappeler leurs obligations dans les plus brefs délais, ou si vous pourriez envisager de porter l’affaire devant le Tribunal du travail.

Dans l’attente de votre réponse et en vous remerciant dors et déjà de votre précieuse collaboration, je vous prie de recevoir, Cher Maître , mes meilleures salutations.

Aurélia Van Gucht,

Assistante Sociale



Talita

Ara, een vereniging waar armen het woord neemt, bezoekt onthaalhuizen om het dossier over de discriminatie van mensen met een ocmw-inkomen aan te vullen. Deze keer gaan we op bezoek bij Talita.

Talita is een onthaalhuis voor vrouwen en vrouwen met kinderen in het centrum van Brussel. Elke maand organiseren ze een espace-parole, een groepsgeprek onder de vrouwen. Er zijn 8 vrouwen aanwezig. Enkele quotes van de vrouwen blijven nazinderen.

- Moi j’ai peur de ne pas trouver un  logement et que pars après finalement je me retrouve à la rue. « j’ai vraiment peur, quoi ! »

- Il y à un truc que je ne comprend pas, comment ça se fait t’il que le gouvernement ne réagit pas? De plus en plus de personnes sont à la recherche de logements. Les centres d’accueil vont ce remplir et à un certain moment, ça va devenir un problème.

- Beaucoup de propriétaires refusent quand ils me voient. C’est juste pour la couleur. C’est du vrai racisme et c’est très difficile pour réagir.

- J’avais vu un appartement parfait pour moi et ma fille, dans mes normes, dans les prix. Mais ce n’était pas pour nous. Il ne voulait pas d’enfant dans l’appartement.

- Je me sens un peu perdu. Je sens une pression de 2 côtés, je me sens bloqué. Du côté du maison d’accueil, et du côté des propriétaires.

- Chercher un logement c’est un travail à temps -plein. Pour trouver un logement il faut y croire.



ça décourage quand-même!
26/11/2010, 4:13 pm
Gearchiveerd onder: Atelier Caricole, Nieuws / Nouveautés | Tags: ,

“Ca décourage quand-même”, zegt M.A. na afloop van de groepspermanentie vandaag. Er stonden 4 studio’s/gemeubelde kamers onder de 400 euro in de Vlan +.

Een daarvan vraagt welk inkomen ze heeft. Hij wil zeker geen mensen van het OCMW: veel te veel problemen, zowel met de mensen zelf als met het OCMW.

De tweede vraagt behalve 400 euro voor de huur ook nog eens 75 euro voor onkosten. Daar is de elektriciteit nog niet bij inbegrepen. Wordt dus een beetje duur met een inkomen van 740 euro…

De derde verhuurt een loft van 80 m² met tuin voor 390 euro. Als je daarnaar belt, komt er iemand aan de lijn die geen inlichtingen kan geven, hij kent ook de huurprijs niet. Het lijkt voor ons nochtans op een drukfout… De enige manier om erachter te komen, is vanavond naar de afspraak te gaan…

De vierde tenslotte zegt dat hij al 50 afspraken heeft voor de woning. Of we maandag willen terugbellen om te zien of het al verhuurd is… Ca décourage quand-même!




Volg

Ontvang elk nieuw bericht direct in je inbox.